ÉLEVAGE BLACKBEAUTY

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MON JEUNE CHIEN DÉTRUIT TOUT, POURQUOI, QUE FAIRE ?

Pourquoi mon chien a déchiqueté mes chaussures ? Sans doute parce qu’elles n’étaient pas rangées dans un endroit approprié !

Pourquoi mon chien a anéanti mon livre, mon portable ? Sans doute parce qu’ils étaient laissés par négligence en évidence !

Pourquoi mon chien a rongé les pieds de ma table, de mon secrétaire ? Sans doute parce que son coin de repos était à proximité sans protection ou sans surveillance !

Pour la plupart des cas il y a une cause à effet et cela peut être occasionnée :

 

    Par l’ennui, parce que le chiot manque d’activité en plein air (jeux, grandes promenades).

 

    Par le besoin de se faire remarquer, parce que l’on ne porte pas assez d’attention sur lui.

 

    Par la découverte, la curiosité, car un jeune chien s’intéresse à tout ce qui estnouveau, même s’il a ses propres jouets.

 

    Par les erreurs de l’homme, qui ne veut pas changer ses mauvaises habitudes en laissant à disposition, ses affaires personnelles.

 

    Par la solitude, lorsqu’elle s’est produite sans ménagement (trop vite) ce qui provoque chez le jeune chien l’angoisse de la séparation.

 

    Par le fait que ses nouveaux maîtres sont devenu sa nouvelle référence et qu’il les identifie par leur odeur personnelle pour se rassurer.

 

    Par le passage délicat entre l’âge de 4 à 5 mois où les dents de lait tombent. C’est une période durant laquelle le chiot est très

    nerveux, agacé par le changement de ses dents et le besoin de ronger lui est indispensable.

 

    Par le manque de perspicace en sachant que l’un des modes d’expressions du chien est ses dents !

 

Il faut être conscient qu’un chiot de 12 semaines qui vient de quitter son élevage, subit déjà une première séparation de ses frères et sœurs. Qu’il ne sait pas faire la différence entre son chenil et un appartement meubler, les jouets qu’il avait à disposition pour s’occuper et les objets précieux de ses nouveaux maîtres. Mordiller, gratter dans toutes sortes de choses est un jeu pour lui et tout ce qu’il y a de plus naturel.

Que faire ? Voici quelques conseils que je donne à tous mes clients :

Avant l’arrivée du chiot dans sa nouvelle demeure, lui préparer un coin bien à lui dans un endroit où il ne sera pas constamment dérangé, hors de danger pour lui et loin de meubles ou objets qu’il serait tenté de ronger.

Lui mettre à disposition des jouets durs de diverses formes, qui seront ses propres objets.

Réorganiser la vie de la famille afin que chacun, petits et grands, range chaussures, jouets et autres choses personnels à l’abri.

Dès son arrivée lui faire visiter les endroits où il va pouvoir évoluer, même seul (cuisines, salle de bains, corridor) en ayant eu soin de débarrasser, pour quelques temps, des objets qu’il pourrait détruire.

Lui interdire l’accès des pièces où il ne pourra pas pénétrer seul, sauf sous contrôle.

Durant la période où les dents de lait tombent, lui donner des os en Buffle afin qu’il passe ses nerfs en plantant ses dents de lait dedans et ne pas s’en prendre aux pieds des meubles environnant.

Lui apprendre à être parfois isolé dans son coin quelques courts moments du jour, en installant une petite barrière en treillis afin qu’il puisse voir les mouvements des humains et ne pas se sentir complètement séparé.

Tester d’autres moments en le laissant seul à la maison en ayant toutefois un contrôle sur lui. Tout d’abord le simple fait de sortir de l’appartement et rester quelques minutes derrière la porte. Puis progressivement, des moments de plus en plus longs.

Le faire participer à toutes sortes d’activités familiales, sport, randonnées, restaurant, etc.

S’il est impossible de le prendre avec soi, lui mettre sur sa couche un vieux pull qui sent l’odeur de ses maîtres. Lui laisser une radio allumée, une petite lumière artificielle s’il commence à faire nuit, ceci afin de le rassurer et lui faire penser que l’on est toujours à la maison.

Lui faire partager des moments en le prenant avec soi en voiture et le faire patienter dans son box, avec ses jouets familiers.

Ces méthodes doivent être appliquées durant la période où l’on éduque le chiot, chose extrêmement importante dès sont plus jeune âge. Durant cette période il faut pouvoir être assez disponible afin de gérer ses actes.

Moyens de faire comprendre au chiot ce qui est permis et ce qui ne l'est pas, ce qui est bien et ce qui est mal :

La récompense lorsqu’il a été sage ou qu’il a bien agit, sera de lui donner des petits biscuits, des caresses et des félicitations.

Le sermonner lorsqu’il est surpris en train de ronger un objet défendu pour lui montrer que cela n’est pas permis et lui offrir, par substitution, un de ses jouets favoris en le reconduisant à sa place. Si « la bêtise » est déjà faite lorsque l’on rentre, il est inutile de sévir après coup, le chiot ne comprendra pas que l’on soit fâché après lui alors qu’il est heureux de nous retrouver. Dans ce cas il est très difficile de se maîtriser, mais le grand responsable est soi-même qui n’aura pas pris les précautions nécessaires. Parfois il faut sévir avec un peu plus d’autorité lorsqu’il y a de l’exagération. La main de l’homme assénée avec plus ou moins de violence sur le chiot est le plus mauvais moyen car elle est faite pour les caresses et la récompense. Le meilleur procédé, est un journal roulé sur lui-même qui est léger tout en faisant du bruit ce qui impressionne le chiot et qui est suffisamment efficace.

A chaque action négative toujours reconduire le chiot dans son coin repos et l’obliger à y rester un petit moment tranquille pour lui faire comprendre qu’il a mal agit. Il ne faut pas que cela représente une punition trop longue car, comme on le sait, le chien n’aime pas l’ignorance.

Soyons prudent quand a procéder à des actes que l'on pourrait regretter. En devenant adulte et qu’il n’a pas été correctement préparé à la séparation dès son plus jeune âge, le chien aura pris des mauvaises habitudes et il sera bien difficile de les lui faire passer. C'est ce que l'on appelle l'angoisse de la séparation.

Il y a des personnes qui conseillent d’emmener son chien partout avec soi. C’est une bonne solution mais cela n’est pas toujours possible dans la vie active et suivant les saisons ! Il y en a d’autres qui disent qu’il faut partir de chez soi très naturellement sans montrer que l’on s’absente. Au retour ne manifester aucune joie alors que le chien fait la fête, et ce n’est que lorsqu’il a repris son calme que l’on peut le saluer. C’est certainement un bon moyen, mais je doute que cette angoisse de la l’absence se résolve aussi facilement et surtout dans l’ignorance ! Le plus grave est qu’il y a des propriétaires complètement excédés, qui donnent des tranquillisants à leur chien avant leur départ. Ce procédé est très dangereux surtout si ces remèdes sont destinés aux humains car il en va de la vie du chien qui peut tomber très malade ou le conduire jusqu’à la mort ! Par contre un remède homéopathique, sous contrôle vétérinaire, peut aider à atténuer ses angoisses.

Avant d’en arriver là il n’y a que la vigilance, la patience et le temps mis à la disposition du jeune chien pour qu’il apprenne à respecter ses maîtres. Il faut comprendre aussi, que la période d’éducation du chiot est proportionnelle à la rapidité de son évolution (6 mois chez le chien = env. 13 ans chez l’humain, 1 an chez le chien = env. 18 ans chez l’humain). Donc jusqu’à l’âge de 6 mois on peut s’attendre à ce que parfois, il commette encore quelques petites bêtises même s’il a été bien éduqué, mais qui disparaîtrons très vite en grandissant.

De toute évidence, il faut avant tout être clairvoyant en sachant que le point de repaire du chien est l’humain pour autant que celui-ci prenne la peine de s’intéresser à lui. Ce n’est pas un objet qui va trôner dans un coin de la maison, c’est un être vivant qui demande autant d’attention qu’un autre membre de la famille et l’avantage est qu’il est toujours disposé à comprendre, à obéir et à partager.

 

© Blackbeauty 2014, toute reproduction interdite.