ÉLEVAGE BLACKBEAUTY

 

ASSIS

Prenez de la nourriture (biscuit ou autre) dans la main, maintenez la devant le museau puis déplacer lentement la main vers le haut et légèrement en arrière, de manière à obliger le chien à s'assoir naturellement ! Dès que le chien est assis donner immédiatement la récompense. Sinon il risque de se lever et être récompensé pour le mauvais comportement. Renforcez la bonne position par un signe de la main et prononcez l'ordre ASSIS.

Ne pas répéter sans arrêt et de manière insistante assis ! aaassis , assiiiis ni d'une voix plus forte ! Il pourrait ensuite arriver que votre chien n'obéisse qu'au 3eme commandement!

N'oubliez jamais que le chien ne comprend pas du tout notre langage d'humain !!!

Vous pouvez ensuite augmenter petit à petit la difficulté, en présence de distractions, ou à quelques pas du chien... et dès que le chien est bien assis, faite le signe visuel d'une main et récompensez de l'autre main.

Signe et récompense ne se font plus toujours avec la même main, ceci permettra plus tard de supprimer progressivement la récompense.

TERRE / COUCHE

Commencez de préférence cet exercice chez vous à la maison. Appuyez-vous contre un mur et écartez les jambes. Pour le chien, cela ressemble à un endroit clôturé et rassurant. Attirer ensuite le chien avec de la nourriture dans la main en touchant le sol entre les jambes pour qu'il se couche. Donner immédiatement la récompense. Vous pouvez aussi vous mettre sur un genou. De cette manière, le chien apprend sans contrainte et sans stress à se coucher. Par la suite on fait l'exercice lorsque le chien est assis devant nous. Avec la récompense dans la main, on descend lentement entre les jambes jusqu'au sol et dès que le chien est dans la position désirée, récompenser immédiatement tout en prenant garde qu'il ne se lève pas sitôt la récompense reçue ! Lentement vous augmentez la durée de l'exercice.

RESTE

Le chien doit apprendre à rester "assis" ou "terre" jusqu'à un nouvel commandement. D'abord vous vous placer devant le chien, donnez un signal avec la main = reste ou attends! Après 2 secondes le chien est récompensé avec de la nourriture. Une fois que cela est acquis, le temps peut être rallongé de 5, 10 ou davantage de secondes. Etape suivante, vous reculer d'un pas, ensuite de deux etc. Toujours revenir au chien et le récompenser, car il doit apprendre de rester et non de revenir vers vous. Cette prochaine étape sera exercée bien plus tard.

LES SIGNAUX D'APAISEMENT (CALMING SIGNALS)

Les chiens communiquent entre eux à 90% par un langage corporel. C'est pour cela qu'il est important d'avoir des notions de base sur les signaux qu'ils utilisent, afin de mieux identifier et comprendre l'humeur de votre chien. Il faut toujours considérer l'individu dans son ensemble et dans le contexte dans lequel il se trouve.

Voici un exemple montrant pourquoi les chiens et les humains ne se comprennent pas toujours.

Nous humains, pour saluer quelqu'un, nous nous dirigeons droit vers la personne en lui tendant la main et en la regardant dans les yeux.

Cette manière de faire est tout à fait impolie pour les chiens. Il n'est pas question de se diriger droit vers le confrère et surtout pas lorsque c'est la première fois ! Les chiens s'approchent par le côté et détournent la tête (pour ne pas regarder dans les yeux).

Lorsqu'un chien fixe un autre dans les yeux, cela signifie qu'il cherche à le dominer.

Notre chien apprend à nous observer, il s'agit ici d'un processus d'apprentissage.

On ne devrait jamais fixer un chien étranger droit dans les yeux.

Cligner des yeux ou détourner le regard, indique à l'autre chien : « je suis un amis ».

Chaque fois que le chien n'est pas à l'aise, vous pouvez encore observer les signaux suivants: se lécher le nez, bailler (sans être fatigué), coucher les oreilles, lever une patte, renifler intensément le sol, se secouer (sans être mouillé).

Lorsqu'un chien remue la queue, ce n'est pas toujours pour exprimer de la joie ! Quand la queue est légère et bat de manière détendue, il montre de la joie et de la bonne humeur. Si la queue est dressée et que tout le corps est tendu, il cherche à impressionner. Si la queue est baissée entre les jambes, il exprime de la peur ou de la soumission.

Les oreilles expriment également différentes humeurs.

Oreilles dressées (pour les chiens à oreilles pendantes, légèrement relevées) = chien attentif.

Oreilles collées contre la tête = manque d'assurance, soumission.

Oreilles dirigées vers l'avant = cherche à s'imposer, à impressionner.

Ainsi, si vous rencontrez un chien avec la queue haute, les oreilles en avant, le corps tendu et qui vous fixe dans les yeux, vous ne devez surtout pas faire de même en le fixant à votre tour, mais cherchez à mettre une distance en détournant la tête (tout en gardant sans en avoir l'air un œil sur le chien) et en vous éloignant par le côté. Surtout ne pas non plus tourner le dos au chien !!

LES PUNITIONS / LES CORRECTIONS

Curieusement, la punition est quelque chose de typiquement humain, qui n'existe pas dans le monde animal. On peut observer chez les loups ou les chiens que les chiots sont corrigés mais jamais punis !

Si vous devez une fois punir votre chien, SVP ne le secouez pas par la peau du cou ! Lorsqu'un chien ou un loup poursuit une proie, l'attrape à la gorge et la secoue, c'est pour la tuer !

Bien que la méthode « secouer par la peau du cou » soit encore toujours préconisée, pensez que pour le chien cela signifie : danger de mort !

Il n'est pas non plus recommandé d'employer la méthode dite de la « prise alpha ». Lorsqu’un chien se met sur le dos en signe de soumission, il le fait de lui- même, car il accepte la supériorité de l'adversaire.

Vous ne verrez jamais un chien ou un loup renverser un congénère sur le dos !

La punition avec un journal roulé est encore toujours préférable. Mais SVP ne tapez pas le chien avec, mais la chose qui est la cause du mauvais comportement : le soulier qu'il est en train de mâcher ou le tapis qu'il vient d'attraper. En même temps vous pouvez vous défouler en criant des jurons. Cela fait en général une très grande impression sur la plupart des chiens, qui vont par la suite plutôt chercher à éviter l'objet ainsi traité.

Une autre solution est d'employer la méthode de la « prise du museau ». Saisissez le museau du chien par-dessus et pressez contre les lèvres avec le bout des doigts. Vous devez tenir jusqu'à ce que le chien se calme signalant ainsi : « j'ai compris ! »

C'est de cette façon que la mère corrige ses chiots.

Toutes les punitions ne sont valables que si le chien est pris immédiatement sur le fait ! Vous n'avez que 1 à 3 secondes maximum pour réagir afin que le chien associe sa faute à la correction.

Dans tous les cas une correction doit être rare mais sévère ! Elle doit aussi tenir compte de l'importance de la faute. Les chiens s'habituent à une multitude de corrections données de manière molle. Ils s'endurcissent et les corrections n'ont plus d'effet. Il vaut mieux corriger rarement mais conséquente, que tous les jours un peu.

Souvent on pense : « mon chien sait très bien qu'il a mal fait et il a mauvaise conscience ». Ceci est totalement faux ! Le chien vit l'instant présent et est donc incapable de faire un lien avec un événement passé (même de courte durée). Supposons que votre chien a mangé vos biscuits préférés il y a environ 30 minutes et qu'il dort maintenant à sa place. Vous vous mettez dans une colère noire et vous le grondez sévèrement. Le chien se fait tout petit et va se cacher dans un endroit sombre. En fait il cherche à vous apaiser non pas à cause des biscuits mangés mais à cause de votre grande colère contre lui ! Il n'a donc fait aucun lien entre les biscuits et votre réaction !!!!

L’AGRESSION

L'agression est un comportement naturel. Elle permet au chien de défendre sa nourriture, son territoire, ses petits et lui-même. Chaque chien montre de l'agression !

Entre peur et agression il existe une interaction. La peur déclenche en premier lieu la fuite et, si elle n'est plus possible, se transforme en agression. Le chiot a une peur innée de tout ce qui lui est inconnu. Seulement si nous lui donnons la possibilité de se familiariser, dès son plus jeune âge, avec toutes les situations (gare, bus, ville, joggeurs, trafic, etc.) et en les transformant en aventures posi­tives, notre chien pourra évoluer, dans toutes ces situations, sans stress.

Bagarre : une bagarre entre deux chiens est bruyante, mais habituellement il n'en résulte pas de blessure grave. La meilleure solution pour chaque proprié­taire est de s'éloigner dans la direction opposée. Rester sur place, crier et gron­der enveniment la situation et stimulent l'agressivité. En s'éloignant tranquille­ment les chances sont grandes que les chiens se séparent.

Attention: si le chien commence à défendre son jouet, sa nourriture, sa couche etc. ne prenez pas ces signes précurseurs à la légère. Cherchez de l'aide assez tôt, avant qu'il n'arrive un accident comme par exemple une morsure.

Pincer : est le premier degré avant-coureur de la morsure. Ce signe précurseur doit être pris au sérieux. Par contre vous ne devriez pas interdire à votre chien de gronder car cela pourrait l'inciter à délaisser ce premier avertissement au pro­fit de la morsure.

A retenir: chaque propriétaire de chien est entièrement responsable de son protégé. Nous devons pouvoir rappeler et avoir notre chien sous contrôle dans n'importe quelle situation!

LE CHIEN, UN OPPORTUNISTE

Les chiens se comportent suivant le principe de l'instinct de conservation. Ils ne font que l'essentiel (du point de vue du chien). Ils ne peuvent, à notre regret, pas distinguer entre juste et faux. Ils ne jugent la situation que d'après sûre/dangereuse ou profitable/non profitable.

Jusqu'à présent votre chien a probablement reçu une gamelle remplie deux à trois fois par jour plein de jouets sont à disposition si le désir le prend de jouer avec des congénères, vous enlevez rapidement la laisse il peut fouiner tant qu'il veut et vous vous arrêtez quand il le désir.

A présent le chien doit apprendre à mériter lui-même les choses importantes (nourriture, jouets etc.). Il sera très généreusement récompensé, mais plus pour ne rien faire.

NOURRIR

Pour pouvoir, en cas de besoin, enlever sans danger un objet à votre chien, le pro­cédé suivant est à conseiller : le chien reçoit sa gamelle et peut manger. Alors vous retourner à la gamelle et ajouter une friandise spéciale. A répéter d'une façon irrégulière. Plus tard vous mettez peu de nourriture et en rajouter une deuxième fois juste un petit peu. A répéter jusqu'à ce que le chien ressente du plaisir quand vous lui enlevez la gamelle et la lui rendez. Tout le procédé doit être ressenti comme agréable et mettre le chien en confiance. Par la suite pourtant il s'agit de le laisser manger sa gamelle en toute tranquillité.

Si vous lui donnez un os à mâcher, retourné vers lui pour lui proposer une friandise qu'il affectionne spécialement. Reprenez l'os à mâcher et ensuite vous le lui redonnez. Faites une opération d'échange. De cette manière il est possible de reprendre au chien, sans danger, la chose qu'il aurait habituellement tendance à défendre ou à avaler de suite.

L'inhibition de mordre n'est pas innée pour le chien et il doit donc apprendre à maîtriser sa mâchoire. Offrez au chien de la nourriture avec votre main et criez tout de suite s'il vous fait mal. A répéter continuellement.

Pour des propriétaires de chiots : de plus en plus il est conseillé de nourrir le chiot pendant les premières semaines à la main. La ration journalière est pesée et si né­cessaire mise dans un sachet ce qui permet de pouvoir récompenser le chiot pendant tous les exercices demandés.

Progressivement on lui servira de petites rations dans sa gamelle jusqu'à atteindre la ration normale. Dès l'âge de cinq mois la nourriture se donne deux fois par jour et ceci restera valable tout au long de la vie du chien.

JOUER

Vous seul définissez le début et la fin du jeu. Il vous faut différencier

Jeu de nourriture - pour rendre les promenades attractives, vous pouvez intro­duire de petits jeux de recherche. Prenez un peu de nourriture avec vous. Le chien doit vous regarder et au lieu de lui donner la nourriture de votre main, jetez de petits morceaux assez loin et dites-lui « cherche ». Plus tard vous pourrez lui lancer la nourriture encore plus loin ou dans de l'herbe haute etc. (Faites ce jeu seulement, s'il n'y a pas un autre chien proche de vous). Les jours de pluie, vous pourrez, chez vous, cacher par exemple la nourriture sous de petits pots en plas­tique. Vous pouvez augmenter le degré de difficultés à volonté. Vous pouvez éga­lement cacher un jouet. A la fin de l'exercice il vous faut évidemment jouer avec votre chien.

Jeu de course / courir avec son chien

Jeu de balle - en premier lieu vous devez faire comprendre à votre chien, que s'il veut que le jeu continue, il doit vous rapporter la balle. Pour cela munissez-vous de la nourriture ou d'une deuxième balle, pour que le chien vous cède sa balle. Ne jamais utiliser de violence pour qu'il la lâche.

Jeu de traction - une corde, un Kong muni d'une ficelle ou un boudin sont tout à fait indiqués. Le chien n'est pas rendu agressif par ce jeu, au contraire, cela lui permet de se défouler. Bien évidemment il ne doit jamais devenir agressif. Impor­tant : il faut aussi de temps en temps le laisser gagner, c'est-à-dire il a droit à la proie. Elle saute, s'enfuit, se cache,

Pour tous les jeux de balles et de traction, les objets doivent être tenus bas, pour éviter qu'il vous saute contre. Si d'autres chiens approchent, ranger le jouet pour ne pas provoquer des querelles.

Un autre point important : la proie doit être animée réapparaît, change de direction et fait du bruit.

A la fin de l'exercice, tous les jouets sont rangés. Ils seront donc beaucoup plus intéressants et le chien ne se tiendra pas constamment devant vous pour vous inviter au jeu.

Les règles du jeu :

On ne laissera en aucun cas le chien prendre son maître pour une proie en tirant sur m ses habits, en mordant ses mains ou en le bousculant. Ce qui peut paraître amusant chez un chiot peut provoquer plus tard de graves difficultés. Poursuivre son chien est aussi un exercice inadéquat - il a vite compris qu'il est plus rapide !

LA CONDUITE EN LAISSE

Tirer à la laisse est un instinct naturel pour le chien et a différentes raisons.

Les pas du chien sont plus rapides que ceux de son maître. Il se trouve tout de suite au bout de la laisse et le fait de tirer est un réflexe normal.

Le fait de tirer impose une résistance. Si le chien sent une pression au cou ou à la poitrine il s'y oppose par réflexe et commence à tirer.

Le fait de tirer lui apporte un certain succès. La plupart des conducteurs acceptent cette traction en disant: "ahan, t'as vu un autre chien" ou "tu aimerais aller contrôler l'odeur de cet arbre là-bas".

Entre parenthèses, même un chien très soumis tire avec la même vigueur qu'un chien dominant - ceci n'a donc rien à voir avec le respect de la hiérarchie!

Il existe différentes possibilités pour faire cesser cette traction sur la laisse. Récompenser chaque contact visuel! Toujours féliciter si la laisse est lâche. Le chien doit apprendre que la marche en laisse est passionnante et amusante, alors que la traction provoque un arrêt.

Ne jamais arrêter le chien par une saccade (danger de blessure au cou ou au dos) en outre c'est un échec, car "la traction provoque une contre traction". Ne pas utiliser de collier étrangleur! Mettre un harnais : de cette façon la laisse est fixée sur le dos. Constitue une bonne variante pour certains chiens.

Mettre un Haïti (muserolle), sorte de licol équivalant à celui que l'on met aux chevaux. De cette manière, le chien est guidé au niveau de la tête.

Feu rouge / Feu vert : comme dans le trafic en ville, vous restez en arrêt au feu rouge et vous vous mettez en marche au feu vert.

Si le chien tire, vous vous arrêtez immédiatement et ne bougez plus (feu rouge), et seulement lorsque la laisse est détendue, et vous pouvez vous remettre en marche (feu vert).

Cette méthode nécessite une discipline très stricte autrement elle ne donne pas de bons résultats.

Détermination (pour obtenir quelque chose) et obstination sont pour le chien des signes de force, de dominance. Vous devez donc être très précis dans vos intentions et indiquer au chien clairement la direction à suivre et le rythme à prendre.

Fixez un point devant vous comme but à atteindre afin de marcher droit, ne regardez pas toujours votre chien, c'est lui qui doit vous regarder (être attentif à vous) et vous suivre!

Le chien et la voiture / Transport agréable et sûr:

Box fixe

Avantage:

Système stable et sûr. Le chien connaît sa place. Bonne circulation d'air, par exemple lors de pauses, le coffre peut rester ouvert.

Désavantage:

Acquisition onéreuse, perte de place dans le coffre.

Box de transport

Avantage:

Déplacement facile de la "maison" mobile du chien, peut être pris à l'hôtel. Mêmes avantages que ci-dessus.

Désavantages: Prix d'acquisition moyen. Le box doit être bien attaché.

Grille/Filet de séparation

Avantage:

Le chien ne peut pas déranger le conducteur, pas de perte d'espace permanent.

Désavantage:

Le chien est en contact avec la voiture. Suivant les conditions météo, beaucoup de salissures, possibilité de ronger l'intérieur du véhicule. Par choix inadapté, manque de sécurité.

Ceinture de sécurité pour chiens

Avantage: Comme ci-dessus.

Désavantage:

La ceinture peut être rongée, éventuel ne pas assez de sécurité pour le chien.

Couverture de protection

Avantage:

L'intérieur du véhicule reste propre.

Désavantage:

Sécurité insuffisante pour passagers et chien! Le chien dans une voiture stationnée:

Dans une voiture arrêtée et par grande chaleur, la température augmente d'un degré par minute. Une fente de fenêtre ouverte n'y change rien. Ne pas oublier que le soleil se déplace et avec lui l'ombre.

Si le chien doit attendre dans la voiture stationnée il faut impérativement ouvrir les fenêtres le plus possible (courant d'air), év. ouvrir le coffre (il existe des ustensiles permettant de garder le coffre ouvert tout en verrouillant la voiture), des linges mouillés peuvent aider, donner de l'eau. Si nécessaire ombrager la voiture avec des couvertures.

Porter le chien:

Une main est positionnée à hauteur de la poitrine, pouce entre les pattes avant. L'autre main soutient l'arrière du corps.

ORDRES ET COMMANDEMENTS

Il est très important de savoir que le chien ne comprend pas notre langue. Les experts estiment qu'un chien doit avoir entendu et exercé un ordre entre 4000 et 8000 fois jusqu'à ce qu'il puisse le maîtriser.

De ce fait, afin d'améliorer la compréhension, nous devrions toujours travailler d'abord avec des gestes. Par la suite, dès que le chien réagit correctement au signal de la main, on peut introduire un mot, un commandement. Plus tard, on peut petit à petit supprimer les gestes.

Les chiens ne peuvent comprendre des longues phrases telles : s'il te plaît, attend ici et reste bien assis, je vais juste acheter un petit pain et je reviens tout de suite. Vous devez lui dire : Assis, reste.

Tous les membres d'une famille devraient utiliser les mêmes gestes et les mêmes mots. Il serait ainsi utile d'établir une liste de commandements afin d'éviter au chien de faire des erreurs inutilement.

Adressez-vous toujours au chien par son nom lorsqu'il se passe quelque chose

d'intéressant : par ex. donner de la nourriture, faire un jeu, aller faire une promenade.

Le chien doit associer son nom avec quelque chose d'agréable.

Par contre, si vous êtes fâchés ou si vous devez le gronder, alors, ne dite pas son nom.

Au début, vous devriez toujours travailler avec le chien dans un endroit calme, sans distractions : à la maison, peut-être dans un coin tranquille du jardin, ou pendant une promenade lorsque vous êtes sûres qu'il n'y a ni personnes ni chiens à proximité. Augmentez lentement (progressivement) le degré de difficulté. Chaque ordre donné doit être respecté, sinon il est inutile ! Tout bon comportement de la part du chien doit être récompensé ! Au contraire, ce qui est mal fait (pas souhaité), ne réagissez pas ignorez le!

Veillez à ce que le chien vous regarde (soit attentif à vous). S'il est intéressé par autre chose, les ordres n'auront aucun effet!

Il n'est pas sourd, ni bête ou difficile à éduquer ! Mais juste à ce moment-là vous n'êtes pas attirant pour lui !

Alors appelez-le par son nom (d'une manière intéressante) et répétez le commandement

Si vous dites au chien : ASSIS et qu'il se COUCHE, ne le récompensez pas ! Recommencez l'exercice et si le chien est bien assis, alors récompensez- le !

Ne travaillez pas les exercices trop longtemps à la fois. Mieux vaut faire quelque chose de bien, de propre et précis durant 5 minutes puis terminer par un jeu

Comme dernière récompense !! Chien et maître doivent avoir du plaisir !

Si une fois ou l'autre vous n'êtes pas de bonne humeur, alors ne travaillez pas avec le chien!

La patience, la constance et la persévérance sont des éléments clés dans l'art de l'éducation !

Comment le chien apprend-il?

Expliqué d'une façon un peu simpliste : par le succès. Le chien exécutera volon­tiers et souvent un comportement demandé si vous le récompensez. De la même façon un comportement non désiré que vous ignorez totalement (par ex. : sauter contre une personne - se détourner sans dire un mot) va disparaître (pas de suc­cès). Si un chien connaît un ordre et l'exécute consciencieusement, alors cet ordre doit être généralisé. Vous allez alors l'exercer avec distraction et à des en­droits différents. N'oubliez pas que le chien doit répéter un exercice x fois pour que l'ordre soit acquis.

En plus le chien apprend, par expérience, si une situation est dangereuse ou ne l'est pas.

S'il apparaît une faute, vous avez certainement anticipé le degré de difficulté. Re­venir alors un ou deux pas en arrière et refaire les exercices. Votre chien n'est ni têtu, bête ou buté. Il ne veut pas non plus vous fâcher. Cette façon de penser lui est étrange - il n'a tout simplement pas encore compris.

Soyez patient, nous aussi avons dû aller à l'école pendant des années. Nous avons le tort de penser que l'éducation de nos chiens se fait en quelques se­maines et qu'il doit savoir.

Propreté:

S'il lui arrive un malheur ne lui mettez pas le nez dedans. Ceci lui apprendrait qu'il est dangereux de faire ses besoins lors de votre présence - et ceci même à l'extérieur!

Un chiot doit se soulager très souvent. Après avoir dormi, mangé ou joué. Sortez le aussi souvent que vous le pouvez et félicitez-le d'une façon excessive s'il s'est soulagé à l'endroit souhaité. Si malgré tout il lui arrive de s'oublier dans l'appartement, nettoyez sans faire de commentaire. Si par chance vous l'attrapez sur le fait, au moment où il se positionne pour faire ses besoins, alors vous dites d'une voix forte : NON!!!, et vous l'emmenez rapidement à l'extérieur et attendez patiemment qu'il se soit soulagé.

Le chien saute contre des personnes:

Le chien saute contre les personnes pour se faire remarquer et pour les saluer. En somme c'est une action sympathique, mais pour nous plutôt désagréable, sur­tout si en plus les pattes sont sales. Nous évitons de donner suite à tout ce qui peut susciter de l'intérêt pour le chien : ne pas le regarder, toucher, lui parler, l'écarter, l'éloigner ou le gronder. Vous allez simplement l'ignorer et vous éloigner sans dire un mot. L'idéal serait que le chien apprenne à nous saluer en position debout ou assise. Pour cela il faut avoir préparé un peu de nourriture pour le ré­compenser chaque fois qu'il reste assis ou debout.

Rester seul:

Même pour un chien adulte que nous venons d'acquérir. Commencer par des choses simples. Allez dans une autre chambre et fermer la porte. Ne prêtez au­cune attention au chien. Si le chien devait glapir, ne sortez de la chambre sous aucun prétexte. Attendez que le chien se calme. Sortez alors de la chambre et ne lui prêtez toujours aucune attention. Le fait de disparaître derrière une porte doit devenir un acte absolument normal. Quand cela se passe bien, alors vous pouvez quitter l'appartement pour un court moment. Pas de scène pour se dire adieu.

Vous partez et voilà! En revenant pas d'accueil. Le chien doit apprendre que les personnes s'en vont et reviennent et que ceci n'a rien d'extraordinaire. Augmentez votre temps d'absence progressivement. Le cas idéal serait que votre chien soit très fatigué et qu'il passe le temps de votre absence en dormant. Donc, faire une promenade, le laisser s'ébattre et seule­ment ensuite le laisser seul. Vous pouvez aussi lui donner un jouet à ronger ou le laisser dans son box ou dans son chenil.

Box pour chien:

Les boxes sont très pratiques. Autant à la maison qu'en voiture. Pour l'y habituer laissez au début la porte ouverte. A l'intérieur il ne doit trouver que des choses agréables : nourriture, jouets.... Laissez- lui toujours de nouveau la possibilité de rentrer dans le box, où chaque fois il trouvera une friandise. Plus tard vous lui mettrez une friandise spécialement appréciée et fermerez la porte pour un laps de temps court. S'il gémit au moment où vous fermez la porte, ignorez-le et at­tendez qu'il se soit calmé. Au cas contraire il gémira de plus en plus pour que vous le libériez. Le box doit devenir un lieu de tranquillité agréable, une possibili­té d'isolement et un genre de tanière. Le box ne doit par contre pas être une pri­son où il reste enfermé durant de longues heures.

Rencontre avec un autre chien tenu en laisse

Si votre chien aboie, grogne ou tire, ne le calmez ou caressez en aucun cas. Cela voudrait dire: il y a un autre chien, mais tu ne dois pas avoir peur, il est certai­nement gentil. Cette façon de procéder renforcerait son comportement. Prenez simplement et d'une façon bien décidée une autre direction et restez tout à fait calme.

Si votre chien est en liberté et vous rencontrez quelqu'un avec un chien attaché, prenez le vôtre aussi en laisse. L'autre chien pourrait être malade, blessé, agressif ou une chienne en chaleur. Ne le laissez en aucun cas courir contre l'autre chien, ceci est une action préprogrammée menant à des conflits.

Peur

Ne consolez, calmez ou caressez pas non plus votre chien s'il manifeste de l'insécurité, voire de la peur ou de la crainte (orage, feux d'artifice ou autres). Bien que nous pensions de calmer en caressant, un tel comportement renforce la peur du chien. Il prend notre consolation comme un compliment à sa réaction et montrera encore plus de crainte à la prochaine occasion.

Instinct de chasse

Pratiquement tous les chiens ont l'instinct de chasse. Cet instinct est très pro­noncé, mais se renforce qu'à partir de l'âge de 6 mois. Tout ce qui se déplace rapidement, déclenche l'instinct de chasse. Voilà pourquoi un jeune chien ne devrait jamais courir après un joggeur, un oiseau, un lapin, du gibier ou une voi­ture - même si au début, sa course maladroite peut paraître amusante, cette plaisanterie tourne rapidement au cauchemar. Un chien qui chasse doit tou­jours être promené en laisse. Dans le canton de Neuchâtel il y a obligation de tenir les chiens en laisse du 15.4.-30.6. dans les forêts et leurs abords et le long du lac.

Pour finir une chose très importante: Nous sommes entièrement responsables du comportement de notre chien!

Le chien en ville

Aujourd'hui, ou le chien est considéré d'un œil critique, on ne peut plus se permettre le moindre faux-pas.

Voici les plus importantes règles :

Toujours tenir le chien en laisse.

Toujours éliminer les crottes.

Les mâles ne doivent pas lever la patte à chaque coin de maison ni devant les entrées de magasin (ils n'ont pas besoin de continuellement marquer leur passage !). S'entraîner auparavant et les faire se vider avant la promenade en ville.

Les chiens croisent leurs congénères sans problèmes. S'entraîner avant.

Emprunter un ascenseur doit aussi être exercé. Si l'ascenseur soit occupé, demander si le chien est toléré, sinon attendre que l'ascenseur soit libre.

Il est déconseillé d'utiliser les escalators.

Lors de manifestations importantes, telles que Fêtes des vendanges, 1er août, etc. ne pas y emmener le chien.

Un chien sale n'a rien à faire dans un restaurant.

Dans un jardin de restaurant le chien doit se tenir tranquille même si un autre chien entre.

Faire preuve de prudence lorsque le chien est attaché devant un magasin : un enfant pourrait s'approcher de trop près ou le provoquer. Danger de vols !

Attention aux débris de verre, mégots, détritus, restes de nourriture.

Attention aux pigeons, canards etc... Le chien peut tout à coup s'élancer à leur poursuite.

Habituer le chien par petites étapes à la vie citadine. Commencer par des promenades en périphérie, ensuite au centre lors de périodes moins animées pour permettre au chien de se sentir calme et en sécurité.

Les relations entre le chien et les humains

Intégré dans la famille humaine, le chien devrait être placé tout en bas de l'échelle sociale puisque ce sont nous qui prennent les décisions: quand le chien mange, fait sa promenade, pour le jeu etc. C'est d'ailleurs la seule manière pour lui de se sentir bien dans ses poils.

Tout problème de comportement devrait nous mettre en garde afin de pouvoir agir avant que la situation ne se dégrade. Posséder un animal n'est pas un droit, mais un privilège, à nous de le mériter. Pour que tout se passe bien, il est cependant indispensable de connaître et surtout de respecter ses codes de vie.

Une autre incompréhension du comportement canin peut avoir des conséquences encore plus graves - des morsures aux enfants de la famille! La majorité des parents dont les enfants été mordus par leur chien pensaient pourtant que ce dernier n'aurait jamais fait de mal. Il est donc impératif de rappeler que tout chien reste un chien, avec son comportement de chien, avec ses codes canins. Les accidents sont le fait de toutes les races, de la plus petite à la plus grande, de celle qui est considérée comme étant gentille à celle qui a la réputation d'être très agressive. Il ne s'agit pas à proprement parler de méchanceté du chien; là encore, ce dernier réagit en fonction de la situation telle qu'il la voit (et non telle de notre logique) et en fonction de sa nature qui ne correspond pas à nos codes moraux.

Alors, que faire? Ne jamais laisser un enfant (même s'il se trouve dans sa poussette) seul avec un chien, et ceci, même pour un court instant. Si le chien se retire à sa place, l'enfant doit le laisser tranquille. Augmenter encore votre vigilance lors de réunions d'enfants: un chien peut accepter certains gestes de la part de ses petits maîtres, mais ne pas les tolérer de la part de leurs copains. Apprendre aux enfants à ne jamais s'approcher d'un chien inconnu (d'autant plus s'il est attaché), à éviter de le fixer dans les yeux, à ne pas courir ou crier en sa présence et surtout à ne jamais l'embêter, même s'il se trouve dans un enclos ou derrière une barrière.

Livres :

Joël Dehasse / tout sur la psychologie du chien (Odile Jacob)

Jacinthe Bouchard / devenez le meilleur ami de votre chien (les éditions de l'homme)

Turid Rugaas / les signaux d'apaisements (génie canin)

LE TRAVAIL

Un chien qui ne peut rien faire (qui n'est jamais sollicité à faire quelque chose), n'est pas heureux ! Il doit pouvoir faire des choses et utiliser son cerveau pour cela. La manière avec laquelle cette occupation du chien peut être menée au quotidien, dépend de la richesse de la relation qui existe entre le maître et le chien. Les possibilités sont grandes et variées, elles vont de A comme apporter, J comme jouer, O comme entraînement à l'obéissance, P comme piste, à T comme apprendre des tours de cirque etc...

ENTRAINEMENT À L'OBEISSANCE

Pour que le chien puisse jouir de ses privilèges, il doit d'abord toujours mériter sa participation et c'est seulement après qu'il se passe quelque chose de bien pour lui. Par exemple : vous ouvrez la porte, il doit d'abord s'asseoir ; si vous voulez le détacher, il doit être assis bien sagement et attendre.

Le chien doit apprendre qu'il peut obtenir ce qu'il veut qu'au travers de l'Obéissance et que cette obéissance ne constitue pas un obstacle pour faire ce qu'il veut. Le premier pas est la récompense par la nourriture. En clair, cela veut dire que pour chaque chose que l'on veut obtenir de lui, le chien doit enregistrer : travail exécuté = récompense.

Cela signifie aussi qu'il ne va plus recevoir la totalité de sa ration de nourriture comme cela sans autre, mais qu'une partie lui sera donnée contre sa participation au travail ! Et il est certain qu'il en retirera aussi beaucoup de plaisir.

APPRENDRE EN PASSANT

Pour "l'apprentissage des règles d'obéissance" le plaisir et la joie d'apprendre devraient figurer au premier plan. Cela divertit autant le conducteur que le chien. Aussi le chien apprend et retient ses leçons bien plus facilement. Nous nous entraînons d'une manière détendue, sommes de bonne humeur et le chien travaille sans contrainte.

LA PROMENADE « ACTIVE »

Il est dommage de promener son chien de manière passive, c'est-à-dire en le laissant tout le temps vaquer à ses occupations sans jamais établir de contact avec lui sauf pour le rattacher. Le chien devient ainsi indépendant et s'éloigne de plus en plus de son maître. Plus tard il recherchera une distraction ailleurs, en coursant, par exemple, d'autres animaux, en mangeant tout ce qu'il trouve etc. Pour renforcer le lien avec son chien, la promenade « active » est excellente. Le maître provoque des occasions de contact. Par exemple, il se cache derrière un arbre et félicite le chien lorsqu'il le retrouve. Il joue avec lui de temps en temps. Il fait des rappels ou des exercices.

RECOMPENSER CORRECTEMENT/ LA RECOMPENSE PAR LA NOURRITURE

De nombreuses personnes disent : « je ne veux pas toujours récompenser mon chien avec de la nourriture, il doit simplement obéir sans cela ! » Pourquoi le chien doit-il obéir ainsi ? Accepterions nous de travailler mois après mois sans salaire ? Il est donc tout à fait naturel de se mobiliser pour obtenir sa nourriture. Ce serait tout à fait malheureux que cette magnifique source d'éducation soit inutilisée !!

Le chien doit-il dès maintenant et pour toute sa vie être récompensé avec de la nourriture? Bien sûr que non !!

Lors de l'apprentissage d'un nouvel exercice, il faut que le chien se souvienne de ceci: « ce que dit et veut mon maître en vaut vraiment la peine ». Très progressivement nous supprimons petit à petit la récompense systématique (par la nourriture) pour passer à la récompense aléatoire (au hasard)!

Cela doit devenir un jeu de hasard pour le chien : il peut avoir la chance ou pas d'obtenir une récompense. C'est comme pour une loterie, parfois on a de la chance, mais très souvent on n'en a pas !

Donc, au début, on récompense chaque fois, ensuite une fois sur deux etc... En espaçant toujours plus pour parvenir à la récompense aléatoire.

Qu'en est-il de la récompense verbale ? Le chien est très sensible au ton de la voix. Un murmure neutre (sans grande intonation) : « tu es un bon chien » n'a rien de très encourageant (motivant) pour le chien. C'est de tout son cœur qu'il faut féliciter !!

Mais si votre chien se met tout de suite assis ou terre pour la première fois, et que vous poussez un cri de joie, cela pourra aussi avoir un effet négatif (contraire). De même, de trop longues flatteries sont inutiles. En effet, si vous félicitez votre chien pour un

« assis», et que vous continuez de lui dire que c'est super et que vous êtes ravis alors qu'il est déjà debout, votre récompense verbale n'aura aucun effet !!

Nous ne récompensons qu'au début d'un exercice pour que le chien comprenne ce que nous attendons de lui. Comportement réussi, récompense méritée. Plus tard la récompense soulignera un travail particulier.

Attention pour le rappel! Ne leurrer pas le chien avec de la nourriture pour qu'il revienne! Sinon il apprend qu'il vaut la peine d'attendre pour que la situation s'améliore pour lui (faire du bruit avec le cornet à nourriture, le chien n'approche pas. Faire d'avantage du bruit avec le cornet et jeter de la nourriture en direction du chien etc.) Scénario correct: le chien vous rejoint spontanément et est alors récompensé pour son comportement positif.

L'APPRENTISSAGE PAR LA RECOMPENSE N'EST PAS UNE CHOSE AUSSI SIMPLE QU'ON NE L'IMAGINE !

COURS OBLIGATOIRE

La Société Cynologique de Neuchâtel vous félicite d'avoir suivi le cours obligatoire avec votre chouchou.

Voici quelques informations importantes:

Nous pouvons vous montrer comment apprendre à votre chien des notions telles que assis, terre et bien d'autres choses. L'éducation est votre choix. Cela veut dire qu'il vous faut exercer tous les jours et ceci pendant un long laps de temps.

Un jeune chien ne peut pas se concentrer très longtemps, c'est pourquoi vous ne devriez pas faire des exercices dépassant 5 minutes, par contre, vous pouvez les faire plusieurs fois par jour. Finissez un entraînement toujours par quelque chose de positif (nourriture, jeu, etc.) ainsi le chien va se réjouir des prochains. Si vous deviez être de mauvaise humeur ou stressé, remettez l'entraînement à un autre moment - l'exercice devrait toujours être agréable autant pour le chien que pour le maître.

Il est conseillé de s'exercer dans un lieu calme, sans distractions, le mieux dans l'appartement. Plus tard on cherchera un endroit calme à l'extérieur. Augmentez les difficultés progressivement. Un chien qui exécute les ordres assis et terre dans l'appartement, ne va pas forcément obéir dans un lieu animé. Cette nouvelle situation doit d'abord être entraînée.

Eduquer - mais comment?

Le chien a toutes les qualités requises pour une vie en commun harmonieuse - mais au début il est encore un "animal sauvage" qui doit être formé et éduqué.

Oubliez toutes les recommandations comme:

Contrôle du chien par la force (secoué par le cou, prise alpha - mettre le chien sur le dos, etc.).

Tirer sur la laisse pour que le chien apprenne à marcher correctement.

Nous voulons apprendre à travailler avec les aptitudes innées du chien, mettre à pro­fit et comprendre ses dispositions naturelles. Chaque chien a sa propre personnalité et voilà pourquoi il n'existe pas de méthode universelle applicable à tous les chiens. Donc nous devrions considérer que l'éducation est une aventure passionnante et être conscient que la plupart des problèmes rencontrés sont le résultat de notre igno­rance ou de notre comportement inadapté. Parfois aussi nos attentes sont impropres.

Essayons de penser « chien » et donnons à nos quatre pattes la possibilité de nous comprendre.

Pour notre chien nous sommes, avec notre famille, la meute de remplacement. Il est indispensable qu'il sache qui est le chef et où se trouve sa place hiérarchique, c'est- à-dire au plus bas de l'échelle. Le chien ne peut pas suivre une pensée démocra­tique. Il est très important que chaque membre de la famille utilise les mêmes ordres (établir une liste) et qu'il veille à leur exécution. Il est inutile de répéter cinq fois « as­sis » et quand il se couche le féliciter. Les ordres doivent être simples : assis, terre, ici etc. Ne pas utiliser de longues phrases (le chien ne comprend pas notre langage) telles que: assieds-toi maintenant, couche toi bien comme il faut. N'utilisez que le nom du chien, pour le rendre attentif, ensuite l'ordre - et ceci qu'une seule fois.

© Blackbeauty 2014, toute reproduction interdite.